Quand on bosse dans l’efficacité énergétique, la ville de Freiburg-im-Breisgau (Allemagne) est un peu un lieu de pélerinage obligatoire.

Et bien çà y est, j’ai effectué le voyage (ndr : en août 2007 ;)) et je vais vous raconter tout cela avec quelques photos

Fribourg est une ville moyenne de 200 000 habitants mais qui a le cachet d’une petite ville un peu bourgeoise planquée dans la montagne. Tout autour, c’est la fameuse Forêt Noire ! Ce paysage montagneux et forestier qui entoure la capitale du Bade-Wurtemberg est assez étonnant mais très  plaisant. En quelques minutes, vous pouvez vous retrouver en pleine sapinière au-dessus de la ville. Question climat, c’est une région au climat doux (la plus chaude d’Allemagne ?!) mais les précipitations sont nombreuses et violentes, particulièrement en été.

D’un point de vue architectural, je crois qu’on doit pouvoir parler de baroque du fait des jeux de contraste et de l’aspect massif des bâtiments.

Fribourg est une ville très verte, les rues regorgent de beaux arbres anciens (rares en France), les balcons et les allées débordent souvent d’un amas de plantes de toutes sortes. C’est également un ville d’eau (pas seulement d’eau de pluie) où l’on trouve pléthores de fontaines, ruisseaux, torrents et petits canaux.

Soyons honnête, ma première impression a été très bonne alors que je ne partais pas d’un a priori positif craignant de découvrir une ville très froide bien loin de mes terres gasconnes 🙂
Je n’ai pas simplement rejoint ce joli coin pour me balader et faire du tourisme mais pour profiter d’un guide de grande valeur dans le domaine de la maison passive.Ce guide, c’est M. Gies, architecte fribourgeois, modeste créateur entre-autre du premier logement collectif passif d’Allemagne (et donc du monde) : WOHNEN & ARBEITEN (vivre & travailler).

Ce bâtiment, conçu au tout début de la réhabilitation du quartier Vauban, est un défi relevé avec brio à lui tout seul. Il a été bâti il y a maintenant plus de huit ans et a ouvert la voie à d’autres après lui. Ce n’est pas simplement un bâtiment passif mais tout un concept de qualité environnementale. Les toilettes assisté par dépression permettent de faire des économies d’eau et de produire du biogaz via un digesteur en sous-sol. Toute l’architecture du bâtiment a été optimisée de façon à avoir la meilleure performance pour le coût le plus faible (concepts bioclimatiques notamment). Ce bâtiment est une commande d’un maître d’ouvrage privé constitué d’une quarantaine de particuliers souhaitant accéder à la propriété. Autant avouer que c’est là aussi un défi important qui a été relevé que d’obtenir le compromis qui satisfasse tout le monde …

Il y aurait beaucoup à dire, le plus simple est que vous vous y rendiez. Je crois savoir que des visites y sont organisées encore, près de 10 ans après la pose de la première pierre … Au désespoir sans doute des occupants, Wohnen & Arbeiten  est encore un exemple à suivre !

Puisque je vous parle de vous rendre dans le quartier Vauban, parlons un peu de transport. La SNCF communique sur l’éco-innocuité de son transport vis-à-vis du réchauffement climatique via un outil en ligne : l’EcoComparateur.

Sur le trajet que j’ai emprunté en TGV de Bordeaux à Strasbourg, je suis responsable de l’émission de 6 kilogrammes d’équivalent CO2. Mais si j’avais décidé de me déplacer en avion, j’aurais débité mon « capital réchauffement climatique » de 135 kg CO2; et de 194 kg en cas de déplacement en voiture. Autant vous dire que je vous invite à privilégier le train 😉 … Fin de la parenthèse sur les transports, revenons au quartier Vauban …

Loin de moi l’idée de vous en faire un descriptif historique, vous trouverez tout cela en ligne très facilement, par exemple ici. Vauban est un quartier très particulier, longtemps peuplé de squatteurs (toujours présents dans leurs camions), c’est un laboratoire expérimental en grandeur nature.Ici, les fribourgeois ont osé des expériences de toute sorte, depuis de modestes projets de changement des vocations traditionnelles des pièces, jusqu’au banissement plus ou moins strict des automobiles en passant par la maison paille ou  le quartier solaire. Des choses audacieuses, d’autres moins mais une belle mixité de projets si ce n’est de population. En tout cas, aucun programme d’une telle ampleur n’a encore poussé en France !

L’impression laissée c’est que, ici au moins, on ose s’aventurer dans des voies alternatives et tester leur efficacité. On ose laisser la faune et la flore coloniser des fossés verdoyants, on teste l’efficacité de ces derniers dans la gestion de l’eau de pluie; on tente de laisser de la place aux arbres de plus de 15 ans … Les Baugruppen  ont fait naître une petite démocratie de quartier innovante, peut-être un peu élitiste mais qui a le grand mérite d’exister.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s